Dossier spécial Quand gourmandise rime avec plaisir
Découvrons le Japon l’eau à la bouche avec le journaliste gastronomique Michael Booth

Tim Hornyak [Profil]

[19.06.2017] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

L’auteur et journaliste britannique Michael Booth est connu pour son amour du Japon et de la cuisine japonaise, une passion qu’il partage dans ses livres tels que Sushi and Beyond: What the Japanese Know About Cooking, publié en 2010. Nous l’avons rencontré lors de son énième passage dans l’Archipel. Assis à une table d’izakaya à Tokyo, il nous a raconté quelques anecdotes sur la gastronomie nippone, ses voyages et bien plus encore.

Michael Booth

Michael BoothAuteur, journaliste et présentateur britannique. Ses critiques gastronomiques et touristiques, récompensées par de nombreux prix, portent principalement sur le Japon, la France et les pays nordiques. Il écrit pour des journaux tels que The Guardian, The Independent, The Independent on Sunday (édition dominicale), The Times, The Daily Telegraph ou le magazine culinaire américain Condé Nast Traveler. Il est également l’auteur de Sushi and Beyond: What the Japanese Know About Cooking et de The Almost Nearly Perfect People: Behind the Myth of the Scandinavian Utopia. Site web : www.michael-booth.com.

Le livre de Michael Booth, Sushi and Beyond: What the Japanese Know About Cooking, d’abord publié en anglais en 2010, est devenu un best-seller au Japon suite à sa traduction en deux volumes en 2013 et 2014. Ce carnet de route se concentre sur ses propres voyages au Japon avec sa femme et ses deux jeunes fils, un ouvrage qui a trouvé écho auprès des Japonais puisqu’il a été adapté en manga et en une série de dessins animés de 24 épisodes de 20 minutes diffusés sur les chaînes nationales et internationales de NHK ainsi que sur Netflix Japan. Assis à une table d’izakaya dans le quartier d’Akasaka à Tokyo, il nous a expliqué comment il a appris à connaître le Japon par sa gastronomie.

Un amour pour la nourriture japonaise et les voyages dans l’Archipel

——Quelle est l’anecdote la plus marquante vécue lors de vos recherches pour votre livre Sushi and Beyond ?

MICHAEL BOOTH  Je me souviens avoir déjeuné avec des lutteurs de sumô, une expérience formidable. Ce qui est génial lorsqu’on voyage avec des enfants, c’est d’abord de voir le monde à travers leurs yeux, et aussi de provoquer des réactions différentes, justement parce que vous êtes avec des enfants. Avoir vu un rikishi (lutteur de sumô) jouer avec mes enfants dans l’écurie de sumô est un souvenir inoubliable. Et avoir pu déjeuner avec eux était fascinant : nous avons vu ce qu’ils mangeaient, du ragoût chanko-nabe et du « SPAM », une sorte de jambon en boîte de conserve. Une nourriture plutôt saine, mais dans des quantités énormes.

——Quel est le plat le plus mémorable et le plus exotique que vous ayez dégusté pendant ce voyage ?

BOOTH  Je me souviens que nous sommes allés à Okinawa à la fin du voyage, et j’ai eu l’occasion de goûter des algues appelées umibudô, ou « raisins de mer ». C’était la première fois. J’ai été vraiment très surpris. Ce souvenir est resté gravé en moi et m’a donné envie d’en savoir encore plus. Je viens de terminer un autre livre pour lequel nous avons fait le même voyage, mais dans l’autre sens. Je suis retourné sur place, où j’ai fait des recherches sur l’umibudô – les lieux de production, etc. La peau de tofu « yuba » est également un mets incroyable et unique que j’adore. Et bien sûr, parmi les incontournables, j’aime beaucoup le miso, le saké et le katsuobushi (des copeaux de bonite séchée). J’ai aussi goûté des arêtes d’unagi (anguille).

——Vous avez vraiment goûté toutes les spécialités, alors ?

BOOTH  Pour être honnête, il y a certains plats que je ne tiens pas particulièrement à déguster une deuxième fois. J’ai à plusieurs reprises essayé le nattô, le soja fermenté, mais il ne compte pas parmi mes plats favoris. Pas plus que l’igname râpée yamaimo ou le mozuku (des algues brunes en filaments).

——Vos voyages ont-ils forgé une admiration particulière pour certains chefs ?

BOOTH  J’ai eu la chance d’aller chez Sushi Jirô dans le quartier de Ginza, à Tokyo. Malheureusement pour moi, c’étaient les meilleurs sushis que j’aie jamais mangés ! Les prix sont ridiculement élevés et il est pour ainsi dire impossible d’obtenir une réservation, mais c’était une expérience incroyable. Jirô était très strict quand il faisait les sushis, il n’a pas dit un mot, mais après, il s’est montré très agréable et bavard. Il sait très bien laisser vieillir le poisson, cela lui confère une saveur et une richesse incroyables, contrebalancées par un riz fortement vinaigré, ce que j’aime beaucoup. Je ne m’attendais pas à ce que ce mariage ait autant de force. C’était vraiment l’un de mes meilleurs repas au Japon.

  • [19.06.2017]

Journaliste né à Montréal, au Canada. Diplômé en journalisme de l’Université de Carleton à Ottawa, il a travaillé notamment pour Kyodo News, NHK, CNet, IDG News pendant 20 ans. Il a écrit de nombreux ouvrages sur les inventeurs japonais, les ingénieurs, les roboticiens et des scientifiques ayant reçu le prix Nobel. Ses travaux ont fait l’objet d’articles dans diverses publications telles que Nature, Science, Scientific American et sur Internet. Il est également l’auteur de Loving the Machine: The Art and Science of Japanese Robots et a contribué à la rédaction de plusieurs guides de voyage Lonely Planet. Il habite à Tokyo depuis 12 ans.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Une récente tradition japonaise : la dégustation de l'« ehômaki »Au Japon, la fête du setsubun, qui a lieu autour du 3 février de chaque année, célèbre la fin de l’hiver et le début du printemps. Ce jour-là, la tradition de lancer des haricots de soja pour faire fuir les démons est solidement ancrée dans l’Archipel depuis les temps anciens. Cependant, un autre « rituel », jadis pratiqué uniquement à Osaka, s’est répandu dans tout le Japon il y a une vingtaine d’années, celui de déguster un long et épais rouleau maki, appelé ehômaki.
  • [Vidéo] L'art du « kazari makizushi » : de délicieux rouleaux de sushi en forme de poissonÀ l’occasion des fêtes de fin d’année, nous vous proposons de réaliser des maki en forme de poisson grâce à une experte en la matière.
  • Produire le fameux « katsuobushi » en Espagne : le défi accompli d’une entreprise japonaiseDans la cuisine japonaise, impossible de se passer de bonite séchée, ou « katsuobushi ». Cet ingrédient essentiel est pourtant frappé d’une interdiction d’importation dans l'Union européenne. Mais le président d'une entreprise japonaise a réussi à contourner cet obstacle tout en se conformant à la législation du bloc européen : il a délocalisé sa production. Il possède maintenant une usine en Espagne, à partir de laquelle son katsuobushi est exporté dans vingt pays du continent.
  • Le Big data au service du vin japonaisLes vins japonais n’ont maintenant plus rien à envier à des importations bon marché vendues dans les supermarchés, les consommateurs étant de plus en plus attirés par les histoires de producteurs proches de chez eux. La viticulture est justement un domaine qui a introduit de plus en plus le système du Big data. Que permet concrètement l'utilisation de quantités colossales de données ? Reportage dans les préfectures de Yamanashi et Nagano au moment de la récolte.
  • Le buri, le poisson le plus délicieux du Japon ?Il est un poisson appelé buri, qui ne vit que dans les eaux proches du Japon. Le buri sauvage des mers froides est un mets très apprécié de la cuisine japonaise d’hiver, où sa chair se déguste aussi bien crue que cuite. Allons à la rencontre de ce spécimen en passe de devenir le « poisson national » du Japon.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone