Dossier spécial Les grandes figures historiques du Japon
Andô Momofuku, le génial inventeur des nouilles instantanées
[11.05.2018] Autres langues : ENGLISH | 日本語 | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Les nouilles instantanées seraient-elles une invention de génie ? Il suffit d’y ajouter un peu d’eau chaude et d’attendre quelques minutes pour obtenir un plat prêt à déguster à tout moment et en tout lieu. Elles ont fait leur première apparition sous la forme des Chicken Râmen – des nouilles instantanées au poulet en sachet – élaborées par Andô Momofuku (1910-2007), dans un petit atelier situé dans l’arrière-cour de sa maison.

 Dans la vie, il n’est jamais trop tard

Andô Momofuku a été surnommé à juste titre « Mr Noodle » (« M. Nouilles »). C’est à lui en effet que l’on doit l’invention, en 1958, des nouilles instantanées dont il se vend 5,5 milliards d’unités par an, rien qu’au Japon. La consommation annuelle à l’échelle de la planète s’élève à près de 100 milliards de portions, ce qui en fait un produit alimentaire véritablement global. Nissin Food Products Co. Ltd, l’entreprise fondée par Andô Momofuku, fait aujourd’hui partie du groupe Nissin, une multinationale dont le chiffre d’affaires net a dépassé 490 milliards de yens (environ 370 milliards d’euros) pour l’année fiscale (1er avril – 31 mars) 2017.

Le « tunnel des nouilles instantanées » (Instant Ramen Tunnel) du musée Cup Noodles de la ville d’Ikeda, dans la préfecture d’Osaka. Il retrace l’évolution des produits Nissin Foods au fil des années.

Mais cette belle réussite n’a pas été sans difficultés. Si Andô Momofuku débute très tôt en tant qu’entrepreneur, il passe par bien des hauts et des bas avant de connaître le succès. En 1957, il est même totalement ruiné du jour au lendemain. Quand il invente les nouilles instantanées, il a presque 50 ans. En considérant rétrospectivement son passé, Andô Momofuku déclarait d’ailleurs : « Dans la vie, il n’est jamais trop tard. Il m’a fallu 48 ans pour arriver à inventer les nouilles instantanées ».

Statue d’Andô Momofuku placée devant le Cup Noodles Museum, à Ikeda. Ce musée très populaire est consacré à la vie de l’inventeur des nouilles instantanées, ainsi qu’à sa carrière et l’importance de l’esprit d’entreprise.

Un jeune entrepreneur emprisonné deux fois

Andô Momofuku dans les années 1930. Après son diplôme de fin d’études secondaires, il travaille brièvement dans une bibliothèque, puis se lance dans les affaires.

Andô Momofuku naît le 5 mars 1910 à Taïwan, alors sous la domination du Japon. Ayant perdu très tôt son père et sa mère, il est élevé en même temps que ses deux frères ainés et sa petite sœur, par ses grands-parents. Ceux-ci tiennent une boutique de kimonos dans la ville de Tainan, ce qui a pour effet de développer l’intérêt de l’enfant pour le commerce.

À l’âge de 22 ans, Andô Momofuku créé une entreprise spécialisée dans la vente de tricots japonais à Taïwan. Le succès est immédiat puisque dès l’année suivante, il ouvre une succursale à Osaka. Il devient rapidement célèbre dans la région du Kansai en tant que jeune entrepreneur. Bien qu’ayant pratiquement tout perdu à cause de la Seconde Guerre mondiale, il retrouve toute sa vitalité et son esprit d’entreprise dès la fin du conflit. Il se lance alors dans la fabrication de logements rudimentaires, la production de sel et la création d’une école.

Andô Momofuku est emprisonné deux fois au cours de sa vie. La première, au tout début de la guerre, pour avoir détourné des biens appartenant à l’armée en direction du marché noir. La seconde, après la fin des hostilités, pour évasion fiscale. Mais dans les deux cas, il finit par être acquitté et remis en liberté. Les accusations portées contre lui sont en partie dues à sa situation de riche homme d’affaires né à Taïwan, et il rencontre ainsi beaucoup plus de problèmes qu’il ne le mérite durant les années chaotiques de l’après-guerre.

Andô Momofuku avec Masako, devenue son épouse pendant la Seconde Guerre mondiale. Un couple très uni. Elle a toujours été une alliée très fidèle pour son mari.

  • [11.05.2018]
Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Donald Keene : une vie dévouée à la cause de la littérature japonaiseLe 24 février 2019, le grand spécialiste de la littérature et de la culture japonaises Donald Keene est mort à Tokyo, à l’âge de 96 ans. Tout au long de sa vie, il s’est efforcé de diffuser la langue et la civilisation japonaises dans les pays anglophones, comme son contemporain René Sieffert (1923-2004) en France. Cet article retrace le parcours exceptionnel d’un érudit doublé d’un traducteur hors pair. Tout a commencé il y a près de 80 ans, le jour où dans une librairie de New York, il a acheté un exemplaire du Dit du Genji traduit en anglais, un monument de la littérature japonaise.
  • Honda Sôichirô, l’homme qui a bâti l’empire Honda de ses « propres mains »Un homme à la poursuite de ses rêves avec une formidable énergie qu’il savait transmettre aux autres. Un chef d’entreprise hors norme, qui, en valorisant absolument tous ses employés, a donné une envergure mondiale à Honda Motor, la firme qu’il a créée. Voilà en quelques mots comment on pourrait présenter Honda Sôichirô.
  • Le voyage de Lafcadio Hearn au cœur de l’esprit japonaisLafcadio Hearn (1850-1904), alias Koizumi Yakumo, est connu pour les écrits qu’il a publiés sur le Japon à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, notamment ses réécritures d’histoires de fantômes. Son arrière-petit-fils Koizumi Bon revient sur la vie de son célèbre ancêtre.
  • Les « cinq génies de Chôshû » et la fondation d’un État moderne au JaponPeu avant la Restauration de Meiji (1868), cinq jeunes samouraïs du fief de Chôshû, la préfecture actuelle de Yamaguchi, se sont rendus clandestinement en Angleterre. À leur retour, ces intrépides jeunes gens sont devenus des personnages majeurs de l’histoire du Japon, en contribuant largement à la modernisation de l’Archipel grâce aux connaissances et aux compétences linguistiques qu’ils avaient acquises durant leur séjour à l’étranger.
  • Saigô Takamori, le « dernier samouraï » de l’histoire du JaponSaigô Takamori est l’un des personnages les plus populaires de l’histoire du Japon moderne, notamment en tant qu’incarnation du mythe du héros vaincu. Voici un aperçu du parcours tragique et contrasté de ce guerrier d’origine modeste qui a été l’un des principaux artisans de la Restauration de Meiji (1868). À l’occasion des 150 ans de cet événement historique, penchons-nous à nouveau sur cette existence hors du commun.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone