Tokyo, une ville en perpétuelle métamorphose

Shibuya : un quartier qui changera de visage

Vie quotidienne Architecture Tourisme

Alors que le redéveloppement urbain de la ville en vue des Jeux olympiques et paralympiques de 2020 se poursuit, le visage de Tokyo se transforme chaque jour davantage. Le phénomène est particulièrement visible à Shibuya, dont le célèbre croisement et la statue de Hachikô seront bientôt totalement revisités.

Un gratte-ciel panoramique surplombera le carrefour devant la gare

La réputation de Shibuya comme lieu iconique de la culture jeune n’est plus à faire. Et le carrefour en croix devant la gare est particulièrement populaire auprès des touristes étrangers. Dès que le feu passe au vert pour les piétons, ce sont jusqu’à 1 000 ou 2 000 personnes qui traversent et se croisent en ce point avec une aisance remarquable. Ce spectacle semble émerveiller les touristes étrangers qui tentent d’immortaliser la scène, appareil photo ou smartphone à la main.

Le croisement devant la gare de Shibuya

Le carrefour de Shibuya est maintenant un spot touristique mondialement connu, mais saviez-vous qu'un projet architectural est en cours et va permettre de l'observer d'un angle totalement différent ? Le nouvel édifice fait partie d’un projet de réaménagement du quartier d’ampleur exceptionnelle, « le projet urbanistique du siècle », dit-on. Les travaux les plus importants seront achevés en 2020 lors de l’accueil des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, et changeront drastiquement le visage de ce quartier emblématique de la capitale.

La gare de Shibuya est l’une des gares terminales les plus importantes du réseau ferré et métropolitains de la capitale : ce ne sont pas moins de neuf lignes gérées par quatre compagnies différentes qui s’y croisent. Chaque réseau ayant rénové son terminal de son côté, la structure globale, à la fois aérienne, de surface et souterraine, est devenue tellement complexe qu’elle fait penser à une structure organique en perpétuelle évolution. Un seul exemple : en 2013, les quais de la ligne Tôkyû Tôyoko, qui étaient auparavant suspendus en étage du bâtiment de la gare, sont allés rejoindre ceux de la ligne de métro Fukutoshin… au 5e sous-sol.

C’est à l’occasion de ce transfert en sous-sol de la ligne Tôyoko, que le groupe Tôkyû, dont les bureaux et le centre stratégique d’exploitation se trouvent à Shibuya, a initié l’idée d’une réorganisation globale de tout le quartier de la gare. Depuis 2012 déjà, le Shibuya Hikarie, un grand complexe de bureaux et de commerces a ouvert en lançant le thème : « Entertainment City Shibuya ». Ce ne sont pas moins de sept autres projets qui sont en cours de réalisation.

Vue aérienne de la gare actuelle de Shibuya. La tour vitrée en haut à gauche sur la photo est le Shibuya Hikarie. Celle à droite est l'hôtel Cerulean Tower, construit en 2001 sur l’ancien siège social des chemins de fer Tôkyû Corporation. La double tour blanche en bas à droite est le Shibuya Mark City. (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Corporation)

La même à l’horizon 2027. 1- Shibuya Hikarie ; 2- Zone Gare de Shibuya ; 3- Shibuya Stream (en construction) ; 4- Zone Sakuragaoka ; 5- Cerulean Tower ; 6- Zone Dôgenzaka ; 7- Shibuya Mark City ; 8- Carrefour de Shibuya (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Corporation)

Le gratte-ciel de la gare (Tour Est) sera l’immeuble landmark du nouveau quartier, et formera un complexe avec deux autres immeubles de moindre hauteur, un bâtiment Central et un bâtiment Ouest. L’ensemble formera une zone commerciale géante. Le passage piéton couvert reliant les bâtiments Central et Ouest à la place Hachikô sera une autre caractéristique de la zone-gare.

C’est du sommet de cette Tour Est que nous pourrons admirer la vue panoramique sur le croisement de Shibuya en contrebas dont j'ai parlé au début. 46 étages, 7 étages en sous-sol, et 230 mètres de hauteur. Elle dominera de 50 mètres le Shibuya Hikarie. Actuellement en cours de travaux en parallèle avec ceux la gare , elle devrait être achevée en 2019, avant la deuxième phase de travaux qui comprendront les bâtiments Central et Ouest, prévus pour 2027. Des cabinets d’architectes parmi les plus célèbres du Japon signent la conception générale : Nikken Sekkei, Kengo Kuma and Associates et Office SANAA.

Le sommet de la Tour Est deviendra un exceptionnel belvédère, aménagé spécialement pour contempler la vue, en intérieur et en extérieur. La totalité de la terrasse sera utilisée, ce qui en fera la plus grande plateforme extérieure d’un gratte-ciel ouverte au public au Japon. Elle offrira une vue directe sur le croisement de Shibuya, ainsi que sur le Parc de Yoyogi au nord, avec le quartier des gratte-ciels de Shinjuku en fond, Roppongi à l’est, et le mont Fuji à l’ouest. L’attrait touristique de Shibuya va de nouveau faire un bond dès son ouverture !

Mise à part sa plateforme ouverte au sommet, la Tour Est abritera des bureaux en étages supérieurs, une zone commerciale dans les étages inférieurs, et un centre d’échanges et d’innovations digitales entre les deux parties.

Vue du mont Fuji depuis la plateforme panoramique en plein air.

Vue sur le croisement de Shibuya depuis la plateforme panoramique

Des transferts trains et bus encore plus pratiques

Les esplanades Est et Ouest devant la gare seront réaménagées autour de 2020. Et mis à part le célèbre croisement, n'oublions pas non plus la statue en bronze du chien Hachikô, hautement symbolique de Shibuya. La place Hachikô, sur le côté Ouest de la gare, sera agrandie près d’une fois et demie, grâce au regroupement de la station de taxis au sous-sol.

Toujours côté Ouest, l’immeuble de la « zone Dôgenzaka », qui sera construit sur l’ancien emplacement du Tôkyû Plaza Shibuya, surplombera la gare routière des « Limousine-bus », les autocars à destination des aéroports de Haneda et Narita au rez-de-chaussée : en les rapprochant de la gare, cela facilitera la vie des voyageurs en correspondance. Un comptoir de dépôt des bagages à livrer à domicile, un bureau de change, un bureau d’informations touristiques sont également prévus. Si les services aux touristes à Shibuya ont pu être limités dans le passé, ils seront dorénavant très étendus.

Vue des aménagements au sol autour de la gare à l’horizon 2027, sans les immeubles (attention, le sud est en haut, l’est à gauche et l’ouest à droite !) (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Corporation)

Mais où se trouvera donc la statue de Hachikô, après agrandissement de son esplanade ?

La tour Dôgenzaka et la gare routière des navettes aéroport. (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Land Corporation)

Un réaménagement de la gare elle-même renforcera la commodité et la sécurité des voyageurs dans leurs correspondances entre les différentes lignes. Ainsi, le quai de la ligne JR-Saikyô, actuellement situé à 350 métres de la ligne JR-Yamanote, sera déplacée pour être au même niveau.

Vers 2019, le quai du métro de la ligne de métro Ginza, qui actuellement enjambe la Yamanote, sera déplacé de 130 mètres vers la sortie Est. Certes, on ne verra plus la rame jaune du métro rouler au-dessus de l’avenue Meiji-dôri, et s’enfiler puis ressortir au milieu de l’immeuble de la gare, mais le quai a manifestement atteint la limite de sa capacité !

En revanche, l’esplanade Est, qui sera installée en sous-sol, deviendra une importante plaque-tournante qui reliera les lignes actuellement aériennes JR, métro Ginza et Keiô-Inokashira, avec les lignes actuellement en sous-sol : métro Hanzômon et Fukutoshin, Tôkyû-Tôyoko et Tôkyû-Den-en-toshi.

Le côté de la sortie Est sera également aménagé avec un système d’ascenseurs et escalators appelé « Noyau urbain », et positionnés en plusieurs endroits qui reliera entre eux les différents niveaux et créera un flux tridimensionnel de migration piétonne à travers toute la gare. Ce n’est pas tout : on en profitera pour reformater les canalisations souterraines de la rivière Shibuya, qui s’écoule déjà dans les sous-sols du quartier, afin de drainer rapidement les quantités importantes d’eau qui s’accumulent à chaque ondée orageuse dans la cuvette naturelle que représente le quartier.

Panneaux indicateurs des 9 lignes appartenant à 4 compagnies différentes, sur le site réaménagé.

Sur cette photo d’avril 2012, nous voyons le quai aérien de la ligne Tôkyû-Tôyoko, achevé en 1964, avant son transfert en sous-sol en 2013 (à gauche), et le grand magasin Tôkyû, ouvert en 1934 (à droite). (Jiji Photo)

Le même endroit sur cette photo d’octobre 2016 montre le changement : le quai aérien de la Tôkyû-Tôyoko et le grand-magasin Tôkyû ont disparu et ont fait place à l’immense chantier de réaménagement de la zone Est. Le train jaune de la ligne de métro Ginza sera lui aussi transféré en sous-sol avant 2019.

Le chantier de la zone Est vu depuis le carrefour de l’avenue Meiji-dôri en avril 2017. Au fond au centre, la zone Sud de la gare et le chantier de la tour Shibuya Stream, sur l’ancien emplacement du quai aérien de la Tôkyû-Tôyoko.

Le « Noyau urbain » est un ensemble organique d’ascenseurs et d'escalators qui optimiseront le flux des correspondances entre les différents niveaux, souterrains et aériens. (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Corporation)

Une promenade le long de la rivière Shibuya

La gare de Shibuya deviendra plus pratique et plus sûre, voilà qui est acquis. Mais ne va-t-elle pas perdre cet aspect de joli dédale complètement chaotique qui faisait son charme ? À cela, le projet répond qu’on ne touchera pas au croisement de Shibuya, et que tout sera fait pour éviter l’impression d’uniformité entre les différents secteurs du quartier.

Prenons par exemple la tour Shibuya Stream, qui occupera la zone Sud et ouvrira à l’automne 2018. Compte tenu du fait que la tour s’élèvera précisément à l’endroit où la rivière Shibuya ressort de son cours souterrain, cette particularité sera mise à profit pour aménager une promenade au bord de l’eau de près de 600 mètres de long, sur les deux berges, qui drainera de l’activité économique et de l’animation dans la direction de Daikanyama.

Lors des Jeux olympiques de 1964, les impératifs de la croissance économique rapide avaient conduit à ignorer les cours d’eau de Tokyo, en les cachant dans des canaux souterrains, ou en construisant des autoroutes aériennes par-dessus. Cette fois, au contraire, ils seront mis en valeur. Espérons que l'atmosphère agréable qu'ils apportent se déploie dans toute la métropole. En commençant par Shibuya.

Shibuya Stream (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Corporation)

Image de la rivière Shibuya après l’achèvement de la tour Shibuya Stream (Avec l’aimable autorisation de Tôkyû Corporation)

Une ville transformée pour attirer de nombreux travailleurs créatifs

La Tour Est, dont nous avons parlé plus haut, comprendra 73 000 m2 de surface de bureaux en location, et d’autres importantes surfaces de bureau viennent compléter l’offre locative dans les autres zones du projet global, pour une surface totale de 26 millions de m2. Cette importante extension de l’offre envers les entreprises s’explique par une raison particulière.

Au cours de la « bulle des technologies de l’information » de la fin des années 90, Shibuya avait été appelée la « Bit Valley », par référence à la Silicon Valley. Le surnom était également un jeu de mot sur le nom même de Shibuya, qui signifie littéralement « La vallée amère », ou bitter valley en anglais. De nombreuses start-ups s’étaient installées dans le quartier, attirées par l’ambiance libre et dynamique qui y régnait. Or, vers le milieu des années 2000, les entreprises du secteur ont commencé à faire migrer leur siège social vers d’autres quartiers de Tokyo.

L’une des principales causes était la faiblesse de l’offre en surface de bureau par rapport à d’autres quartiers, en particulier le manque cruel de grandes surfaces bien aménagées. Les start-ups qui s’étaient installés se trouvaient contraintes de déménager ailleurs dès qu’elles augmentaient leur personnel. Il fallait que ce problème fondamental soit résolu dans le cadre de l’actuel projet de réaménagement du quartier.

La nouvelle offre de surface de bureau bénéficiera en outre de « l’esprit Shibuya ». Les étages de bureau de la tour Shibuya Stream, qui s’étendront du 13e au 34e étage, présenteront des espaces flexibles. Le plafond du hall d’accueil de l’espace bureau, au 4e étage, présentera un design en arche, reprise du « toit en quenelles de poisson » du célèbre quai aérien de la ligne Tôkyû-Tôyoko. Le 3e étage sera consacré à un incubateur d’entreprises, avec espaces de co-working et mini-surfaces, qui donneront progressivement vers l’atrium. Cet espace conçu pour favoriser les rencontres et les échanges d’idées, vise à attirer les travailleurs créatifs.

Outre le projet principal, mené essentiellement autour du groupe Tôkyû, la reconstruction du grand magasin et immeuble de mode Parco qui draine la culture jeune autour de la mode, l’art et le théâtre, actuellement en cours, sera elle aussi achevée en 2019. Le chantier d’un immeuble de 19 étages a démarré le 17 mai dernier, qui comprendra, outre les espaces commerciaux et le théâtre, une pépinière de créateurs pour la formation et le soutien de jeunes entrepreneurs.

Le hall d’accueil de la zone bureaux de Shibuya Stream

Shibuya Parco après sa reconstruction

La palissade temporaire qui protège le chantier de Shibuya Parco le temps de la reconstruction est mise à profit comme « mur d’art ». Premier artiste à prendre possession du support, le mangaka Ôtomo Katsuhiro a posté une illustration sur le thème AKIRA 2019.

D’autre part, le 28 avril dernier a ouvert Shibuya Cast, composé d'un espace commercial, de bureaux et d'habitations, le tout axé sur une mise en valeur de la créativité. Le rez-de-chaussée et le 1er étage seront confiés à Co-lab, un promoteur qui a une bonne expérience des espaces de travail collaboratif. Du 12e au 15e étage, ce seront des logements conçus selon l'idée des collective house et service appartment : des gens de différents milieux se regroupent pour vivre en proximité et mêler leurs divers modes de vie. Ce nouveau complexe sera situé à l'entrée de la « Cat street », berceau de la culture street fashion de « Ura-Harajuku ». Futur endroit emblématique de Miyashita-chô, quartier reliant Shibuya et Harajuku, il deviendra sûrement le point de rencontre entre ces deux cultures.

Shibuya Cast devrait donner le coup d’envoi à une accélération du processus d’évolution du quartier de Shibuya. Les aménagements touristiques, la commodité améliorée, et l’effet synergique attendu de l’expansion de l’offre en bureau et logements, augmenteront davantage le potentiel de Shibuya. Un quartier toujours plus attirant, tout en restant le centre d’une culture urbaine unique, voilà ce que tout le monde espère.

Shibuya Cast

« Co-lab », un bureau collaboratif spécialement conçu pour les créateurs à Shibuya

Vue du dernier étage de Shibuya Cast, réservé à des logements locatifs : on reconnaît le gymnase de Yoyogi, qui fut construit pour les Jeux olympiques de 1964, le parc de Yoyogi et la verdure autour du sanctuaire Meiji Jingû, et les gratte-ciels de Shinjuku au fond.

(D’après un original en japonais de Katô Jun)

tourisme Tokyo architecture urbanisme