Dossier spécial Tokyo de jadis et d’aujourd’hui, à travers estampes et photographies
Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [16] : le temple Sanjûsangen-dô et les traditions du tir à l’arc

Kichiya [Profil]

[24.01.2019]

Le photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Voici la 59e entrée de la série, représentant le temple Sanjûsangen-dô dans le quartier de Fukugawa à Tokyo, inspiré de celui de Kyoto, célèbre pour ses 1 001 statues. La grande différence étant la place qu’occupait les compétitions de tir à l’arc à l’intérieur.

Deux temples Sanjûsangen-dô

Le Sanjûsangen-dô à Kyoto (arrondissement de Higashiyama), est un temple aujourd’hui fameux pour ses 1 001 statues bouddhiques alignées, et tout récemment restaurées. L’édifice fut construit par l’empereur Go-Shirakawa dans l’enceinte de son palais retiré, durant la seconde moitié de l’époque Heian (794-1185). Le pavillon principal, reconstruit en 1266, mesure près de 120 mètres de long (sanjûsangen-dô signifiant littéralement : « hall de 33 gen », le gen étant une unité de mesure de l’époque) et abrite 1 001 statues de la déesse Kannon aux mille bras, dont une principale, assise et de plus grande taille que les autres. À partir du XVIIe siècle (l’époque d’Edo), le Sanjûsangen-dô fut également utilisé comme lieu de compétitions d’arts martiaux. Les samouraïs appréciaient le très long hall pour le tir à l’arc (appelé tôshiya).

Cette mode s’est ensuite répandue à Edo, et un autre temple Sanjûsangen-dô a été construit dans le quartier d’Asakusa, à Tokyo. Une statue de la déesse Kannon aux mille bras a également été installée pour la forme, une seule. Le véritable objectif était néanmoins clairement d’avoir une salle de tir à l’arc, comme à Kyoto. La salle d’Asakusa a été toutefois détruite par un incendie en 1698, puis reconstruite, cette fois à Fukagawa, dans l’enceinte du sanctuaire Tomioka Hachimangû. Ainsi naissait le Fukagawa Sanjûsangen-dô. Le tir à l’arc s’y est pratiqué jusqu’à la fin de l’époque d’Edo, lorsqu’une partie du bâtiment s’écroula lors du tremblement de terre de l’ère Ansei en 1855. Il ne fut pas immédiatement reconstruit et finit par être démoli en l’an 5 de Meiji (1872).

Hiroshige a peint le Sanjûsangen-dô et les environs de l’est du quartier de Kiba avec une vue en plongée. Il est intéressant de remarquer que les lignes obliques, d’en bas à gauche jusqu’en haut à droite, sont toutes parallèles. Hiroshige était pourtant très adroit pour peindre des perspectives réalistes, et même sur cette estampe, les arbres et autres éléments sont judicieusement plus petits dans le fond. Il est donc clair que ce parallélisme des lignes de l’immeuble et de la rue est volontaire. C’est cette déformation qui fait ressortir le temple Sanjûsangen-dô.

La photo a été prise depuis l’étage supérieur du bâtiment d’en face de celui qui occupe aujourd’hui l’ancien Sanjûsangen-dô. Impossible de respecter le parallélisme de la perspective en photographie, la composition est donc différente. Et j’ai compensé pour me rapprocher autant que faire se peut de l’estampe originale.

Utagawa Hiroshige, Cent vues d’Edo, n°52 : « Fukagawa Sanjûsangen-dô »

Du tir à l’arc à l’intérieur du temple

La plus ancienne compétition de tir à l’arc au Sanjûsangen-dô de Kyoto dont il a été gardé une trace écrite remonte à 1606. Plusieurs concours étaient organisés, comme celui de l’ôyakazu, dans lequel il s’agissait de tirer le plus grand nombre de flèches sur une cible en un jour et une nuit. À Kyoto, cette activité a cessé à la fin du XVIIIe siècle, mais à Edo, un concours appelé sensha, où il s’agissait d’atteindre la cible le plus de fois possible sur mille flèches, a existé jusqu’au début de la seconde moitié du XIXe.

De nos jours, une compétition de tir à l’arc à la mode d’Edo est organisée au Sanjûsangen-dô de Kyoto une fois par an, un dimanche autour du 15 janvier (l’ancien jour officiel de la fête du passage à l’âge adulte). Depuis 1951, près de 2 000 personnes, essentiellement des champions de classe nationale et des jeunes qui fêtent leur majorité ce jour-là, s’affrontent à la cible à 60 mètres. Les médias ne manquent pas de montrer ces nouveaux adultes tirant à l’arc, plein d’ardeur et parés de magnifiques kimonos. C’est devenu un événement marquant du mois de janvier.

Compétition 2018 de tir à l’arc Ômato au temple Sanjûsangen-dô de Kyoto (Jiji Press)

Cent vues d’Edo

Les Cent vues d’Edo sont à l’origine un recueil d’estampes ukiyo-e (« peintures du monde flottant »), l’un des chefs-d’œuvre d’Utagawa Hiroshige (1797-1858), qui eut une énorme influence sur Van Gogh ou Monet. De 1856 à 1858, l’année de sa mort, l’artiste se consacre à la réalisation de 119 peintures de paysages d’Edo, alors capitale shogunale, au fil des saisons. Avec ses compositions audacieuses, ses vues « aériennes » et ses couleurs vives, l’ensemble est d’une extraordinaire créativité et est acclamé depuis lors comme un chef d’œuvre dans le monde entier.

Voir tous les articles de la série Ukiyo-photo Cent vues d’Edo

  • [24.01.2019]

Photographe d’ukiyo-photo, ou « photographies du monde flottant ». Né en 1961, il grandit au centre de Tokyo. Diplômé de la faculté de droit de l’Université Keiô. C’est en 2013 qu’il commence à photographier des ukiyo-photo, comme il appelle lui-même le fait de photographier de nos jours les lieux qui sont peints sur certaines des estampes ukiyo-e (« peintures du monde flottant ») de l’époque d’Edo. Sa première exposition personnelle a lieu en décembre 2017 à The Gallery 2, au Nikon Plaza Shinjuku. Il donne également des conférences sur les endroits liés aux estampes.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [15] : le quartier de KasumigasekiLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. L’estampe numéro 2 s’intitule « Kasumigaseki ». Si c’est aujourd’hui le quartier des ministères, à l’époque d’Edo, c’était un lieu où se trouvaient de nombreuses résidences des daimyô (seigneurs féodaux) et d’où l’on pouvait voir la mer. Tout a donc bien changé !
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [14] : les renards d’Ôji au réveillon du Nouvel AnLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo , du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Le 118e paysage représente « Les renards feux-follets du dernier jour de l’année devant l’enoki habilleur d’Ôji » (Ôji Shôzoku-enoki ômisoka no kitsune-bi). L’estampe représente le rassemblement fantastique des renards au réveillon du Nouvel An avant leur procession pour se rendre au sanctuaire Inari à Ôji, au nord d’Edo.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [13] : le Sensô-ji à AsakusaLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Le bien connu temple Sensô-ji du quartier d’Asakusa a aussi un autre nom : le Kinryû-zan, qui est le titre de la 99e entrée de la série. Voici une estampe remarquable, qui exprime l’identité d’Asakusa pendant le mois de shiwasu (12e mois du calendrier lunaire) par un contraste de blanc et de vermillon.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [12] : Urayasu, avant l’avènement de Disneyland TokyoLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. L’œuvre intitulée « Horie Nekozane » est la 96e entrée de la série. Ici se dresse actuellement une partie du Disneyland Tokyo, à Urayasu dans la préfecture de Chiba.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [11] : le quartier de Kanda et ses originesLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. « Kanda Konya-chô » (« Le quartier des teinturiers d’indigo à Kanda ») est la 75e entrée de la série. Ici l’on pouvait trouver le quartier des teinturiers de pièces de coton, mais aussi les toutes dernières tendances en matière de mode vestimentaire. Aujourd’hui, c’est un simple quartier de bureaux à la sortie Est de la gare de Kanda.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone