Série Le b.a.-ba du Japon
« Seijin-shiki », la cérémonie de la majorité
[10.01.2016] Autres langues : ENGLISH | 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | العربية | Русский |

On célèbre lors du seijin-shiki l’entrée des femmes et des hommes de 20 ans, la majorité légale au Japon, dans la société des adultes. La mairie invite les nouveaux vingtenaires à une cérémonie tenue dans un centre culturel public. Ces jeunes adultes, habillés en kimono pour l’occasion, incarnent le charme poétique de l’hiver japonais.

Une cérémonie pour marquer l’entrée dans le monde adulte

Tous les ans, à la mi-janvier, on peut apercevoir des jeunes Japonais en costume ou en kimono dans toutes les villes de l’Archipel. Ils participent au seijin-shiki tenu dans un lieu de rassemblement de quartier comme un centre culturel public. C’est une cérémonie qui célèbre l’entrée des jeunes de 20 ans – qui étaient auparavant sous l’aile protectrice des parents et de l’entourage –, désormais censés être capables de se débrouiller seuls, dans la société des adultes. Les autorités locales et les organismes publics japonais invitent les jeunes qui ont ou auront eu 20 ans entre le 2 avril de l’année précédente et le 1er avril de l’année en cours. Ils leur transmettent des messages d’encouragement et de bénédiction, organisent des conférences et des fêtes et leur remettent des souvenirs.

Le seijin-shiki est une tradition qui remonte à l’époque de Nara (710 à 794). On célébrait le genpuku-shiki, la cérémonie de la majorité, qui était alors de 15 ans. Le seijin-shiki moderne est presque toujours organisé un jour férié, précisément celui du jour de la majorité (seijin no hi). Ce jour férié a été instauré en 1948, et jusqu’en 1999, a toujours eu lieu le 15 janvier. Cette date a été choisie car elle coïncide avec celle du petit Nouvel An (celui de l’ancien calendrier lunaire), le jour où jadis on fêtait traditionnellement le genpuku-shiki. Depuis que certains jours fériés ont été déplacés au lundi le plus proche par une réforme législative en 2000, le seijin-shiki est commémoré le deuxième lundi de janvier.

Grande neige le jour de la cérémonie ?

Forte chute de neige lors du seijin-shiki de 2013 à Tokyo. (Jiji Press)

Les femmes sont parées de sublimes furisode (kimono aux manches longues) et se coiffent spécialement pour l’occasion. La plupart des hommes sont en costume, mais on peut en trouver qui optent pour un kimono. La cérémonie est généralement tenue dans un établissement appartenant aux autorités locales, mais certaines municipalités organisent l’événement dans un parc à thème local, comme Urayasu dans la préfecture de Chiba, qui a choisi Disneyland.

Hasard ou coïncidence, il neige souvent le jour du seijin-shiki. D’après les données recueillies ces 30 dernières années, il y a une très forte chute de neige une fois tous les 10 ans ce jour. Dans la région de Kantô par exemple, qui englobe Tokyo, la probabilité est de 13 %. Ceux qui envisagent de revêtir un kimono doivent impérativement regarder les prévisions météorologiques avant de sortir.

Alcool et tabac à partir de 20 ans

L’article 4 du Code civil japonais dispose que « l’âge de la majorité est atteint à 20 ans ». C’est à cet âge que l’on est en droit de faire des choses qui n’étaient pas jusqu’alors autorisées.

Selon la loi japonaise, il est interdit aux mineurs de consommer de l’alcool et du tabac ; il faut donc attendre d’avoir 20 ans. Idem pour l’achat de ticket de jeux d’argent, comme les tickets pour parier sur les courses hippiques ou de bateaux. Il est en revanche autorisé de jouer au pachinko dès 18 ans.

Seijin-shiki au Shibuya Public Hall, Tokyo, janvier 2015.

C’est aussi à 20 ans que l’on peut, comme tout citoyen, intégrer le système de retraite nationale, jouir de droits comme se marier sans accord parental, remplir ses devoirs et être sanctionné si l’on va à leur encontre. À ce sujet, le droit de vote a été abaissé à 18 ans par une révision de la loi électorale le 20 juin 2015, permettant aux lycéens de 18 ans d’exercer leur droit de vote dès les élections à la Chambre des conseillers de 2016. Certains estiment aussi que la majorité devrait être officiellement abaissée à 18 ans. Ce jour n’est peut-être pas si loin que ça.

Depuis une vingtaine d’années, certains de ces jeunes, tout heureux d’avoir atteint l’âge adulte, défraient la chronique en faisant la fête sans retenue lors de la cérémonie. Marquer l’actualité en se faisant remarquer lors d’une cérémonie d’entrée dans la vie adulte, un comble !

(Photo de titre : Seijin-shiki à Shibuya, janvier 2015)

▼A lire aussi
Le droit de vote à 18 ans changera-t-il la politique japonaise ? Pour en finir avec l’interminable période de l’après-guerre : l’avenir des jeunes Japonais en question « Mild Yankî » ou les nouveaux conservateurs sans conscience politique
  • [10.01.2016]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone