Dossier spécial Tokyo de jadis et d’aujourd’hui, à travers estampes et photographies
Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [12] : Urayasu, avant l’avènement de Disneyland Tokyo

Kichiya [Profil]

[11.12.2018]

Le photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. L’œuvre intitulée « Horie Nekozane » est la 96e entrée de la série. Ici se dresse actuellement une partie du Disneyland Tokyo, à Urayasu dans la préfecture de Chiba.

Un village de pêcheurs à toits de chaume

Urayasu, dans la préfecture de Chiba, est aujourd’hui un nom essentiellement associé à Disneyland Tokyo. Il y a 150 ans du moins, Hiroshige nous avait laissé de l’endroit l’image de deux villages de pêcheurs dans un paysage d’automne, Horie et Nekozane, séparés par une rivière.

Ce bras de rivière, c’est la Sakai, qui se jette dans l’Edogawa. Sur l’estampe de Hiroshige, Nekozane se trouve à droite, Horie à gauche, et la rivière Edogawa est visible à l’horizon. À mon avis, le mont Fuji peint par l’artiste est quelque peu disproportionné, mais puisqu’un quartier au sud de Horie est encore appelé de nos jours Fujimi (« Vue sur le Fuji »), cela veut bien dire que l’on pouvait apercevoir le Fuji de l’endroit… Les personnages qui apparaissent au premier plan sur un banc de sable essaient d’attraper des hérons migrateurs d’automne. On dit que c’était l’une des spécialités du lieu.

La grande différence des estampes peintes de l’intérieur du district d’Edo vient des toits des maisons. À Edo (l’ancienne Tokyo), les toits étaient de tuiles, dans un souci de se prémunir des incendies. Ici, dans les zones rurales et agricoles, comme on peut le voir, c’est du chaume qui recouvre les maisons.

La photo a été prise par beau temps en automne. Le sanctuaire Toyouke, qui apparaissait à l’extrême droite de l’estampe de Hiroshige est aujourd’hui caché derrière les immeubles, mais existe toujours bel et bien, à droite du pont au milieu de la photographie. Une jolie promenade a été aménagée des deux côtés de la rivière Sakai, bordée d’immeubles en béton. Le quartier est manifestement devenu l’un des quartiers dortoirs de Tokyo.

Utagawa Hiroshige, Cent vues d’Edo, n°96 : « Horie-Nekozane »

Urayasu

Les villages de Horie, Nekozane et Tôdaijima ont fusionné en 1889 pour former la ville d’Urayasu, nom qui n’existait pas jusque-là.

Depuis l’ouverture de la station Urayasu sur la ligne de métro Tôzai en 1969, l’urbanisation a rapidement progressé, pour former l’une des cités-dortoirs de la proche banlieue de Tokyo. La zone remblayée de Maihama est née en 1975, suite à un projet datant de 1965. Et c’est sur Maihama qu’en 1983 a été construit le premier Disneyland en dehors des États-Unis.

Cela a définitivement lié l’image d’Urayasu à Disneyland. La gare de Maihama et celle de Shin-Urayasu, sur la ligne JR Keiyô ont ouvert leurs portes en 1988, et un complexe hôtelier, un quartier résidentiel et d’autres grands immeubles ont poussé sur la baie. En 2001, ce fut le tour de Disney Sea d’ouvrir ses portes. Aujourd’hui, Disneyland Tokyo est visité par 30 millions de visiteurs par an, aussi bien Japonais qu’étrangers.

Cent vues d’Edo

Les Cent vues d’Edo sont à l’origine un recueil d’estampes ukiyo-e (« peintures du monde flottant »), l’un des chefs-d’œuvre d’Utagawa Hiroshige (1797-1858), qui eut une énorme influence sur Van Gogh ou Monet. De 1856 à 1858, l’année de sa mort, l’artiste se consacre à la réalisation de 119 peintures de paysages d’Edo, alors capitale shogunale, au fil des saisons. Avec ses compositions audacieuses, ses vues « aériennes » et ses couleurs vives, l’ensemble est d’une extraordinaire créativité et est acclamé depuis lors comme un chef d’œuvre dans le monde entier.

  • [11.12.2018]

Photographe d’ukiyo-photo, ou « photographies du monde flottant ». Né en 1961, il grandit au centre de Tokyo. Diplômé de la faculté de droit de l’Université Keiô. C’est en 2013 qu’il commence à photographier des ukiyo-photo, comme il appelle lui-même le fait de photographier de nos jours les lieux qui sont peints sur certaines des estampes ukiyo-e (« peintures du monde flottant ») de l’époque d’Edo. Sa première exposition personnelle a lieu en décembre 2017 à The Gallery 2, au Nikon Plaza Shinjuku. Il donne également des conférences sur les endroits liés aux estampes.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [15] : le quartier de KasumigasekiLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. L’estampe numéro 2 s’intitule « Kasumigaseki ». Si c’est aujourd’hui le quartier des ministères, à l’époque d’Edo, c’était un lieu où se trouvaient de nombreuses résidences des daimyô (seigneurs féodaux) et d’où l’on pouvait voir la mer. Tout a donc bien changé !
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [14] : les renards d’Ôji au réveillon du Nouvel AnLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo , du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Le 118e paysage représente « Les renards feux-follets du dernier jour de l’année devant l’enoki habilleur d’Ôji » (Ôji Shôzoku-enoki ômisoka no kitsune-bi). L’estampe représente le rassemblement fantastique des renards au réveillon du Nouvel An avant leur procession pour se rendre au sanctuaire Inari à Ôji, au nord d’Edo.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [13] : le Sensô-ji à AsakusaLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Le bien connu temple Sensô-ji du quartier d’Asakusa a aussi un autre nom : le Kinryû-zan, qui est le titre de la 99e entrée de la série. Voici une estampe remarquable, qui exprime l’identité d’Asakusa pendant le mois de shiwasu (12e mois du calendrier lunaire) par un contraste de blanc et de vermillon.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [11] : le quartier de Kanda et ses originesLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. « Kanda Konya-chô » (« Le quartier des teinturiers d’indigo à Kanda ») est la 75e entrée de la série. Ici l’on pouvait trouver le quartier des teinturiers de pièces de coton, mais aussi les toutes dernières tendances en matière de mode vestimentaire. Aujourd’hui, c’est un simple quartier de bureaux à la sortie Est de la gare de Kanda.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [10] : le sanctuaire Benzaiten du parc InokashiraLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Voici la 87e entrée de cette série. Elle porte le titre « Inokashira no ike Benten no yashiro » (« Le sanctuaire Benten de l’étang Inokashira »). Il représente la vue d’un lieu particulier de ce que tous les Tokyoïtes aujourd’hui connaissent sous le nom de « Parc Inokashira ».

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone