Dossier spécial Tokyo de jadis et d’aujourd’hui, à travers estampes et photographies
Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [7] : l’avenue de Nihonbashi

Kichiya [Profil]

[28.08.2018] Autres langues : ESPAÑOL |

Le photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Voici la 44e entrée de cette série. Elle s’intitule « Nihonbashi tôri itchôme ryakuzu ». Elle représente des citoyens d’Edo passant devant le célèbre magasin Shirokiya à Nihonbashi, sous un puissant soleil d’été.

Quand le magasin « Shirokiya » devient « Coredo »

La réputation du Shirokiya, situé dans le quartier de Nihonbashi, faisait de lui l’un des trois plus connus magasins de vêtements d’Edo à l’époque de Hiroshige, à côté de la boutique Mitsui-Echigoya et le Shimomura-Daimaruya.

Dans l’estampe originale, l’animation devant le magasin est palpable, et la scène se déroule manifestement en été. Parmi la foule, on peut reconnaître le groupe de danse « Sumiyoshi odori » et une courtisane qui joue du shamisen avec eux, ainsi qu’un marchand de courges, un livreur de nouilles soba… À l’époque, ces figures évoquaient immédiatement l’été. L’un des points particulièrement intéressants de cette image est le fait qu’on ne distingue aucun visage. Tous sont cachés, qui sous un chapeau de paille, qui sous un parasol…

À l’emplacement du Shirokiya se trouve aujourd’hui le complexe commercial Coredo Nihonbashi. L’endroit est très prisé des touristes, qui découvrent émerveillés côte à côte les vieux commerces qui raconteraient l’histoire du quartier de Nihonbashi s’ils pouvaient parler, et les boutiques dernier cri qui viennent de sortir de terre. C’est devant le Coredo que j’ai pris la photo, à l’endroit même où se tenait Hiroshige lors de cette belle journée d’été.

L’œil dans le viseur, tout en sentant les forts rayons du soleil sur ma nuque, je me suis soudain aperçu d’une chose : c’est pour exprimer la force du soleil d’été que Hiroshige a caché les visages de tous ses personnages. Aujourd’hui encore, la plupart des femmes qui marchent dans le quartier s’abritent sous une ombrelle, ou portent un chapeau profond, les hommes portent des lunettes soleil… Les visages sont dissimulés ! Et dans 160 ans, au même endroit, à la même époque de l’année, le soleil sera toujours le même.

Utagawa Hiroshige, Cent vues d’Edo, n°44 : « Nihonbashi tôri itchôme ryakuzu » (Le premier quartier de l’avenue de Nihonbashi)

Chûô-dôri

Chûô-dôri, « l’avenue centrale », est l’une des artères vitales du centre de Tokyo, qui traverse Nihonbashi, et relie le quartier, au nord à Kanda, Akihabara et Ueno, et au sud à Kyôbashi, Ginza et Shimbashi. Elle est bordée des principales galeries commerçantes et quartiers de divertissement, et cela depuis l’époque d’Edo.

Pourtant, ce n’est qu’à l’ère Meiji que la voirie entre Shimbashi et Ueno a été modernisée. En 1882 (an 15 de Meiji), elle fut élargie pour permettre le passage du tramway hippomobile de la ligne Shimbashi-Ueno, le tout premier du Japon.

Aujourd’hui, les quartiers autour de l’avenue Chûô-dôri sont très modernes, mais gardent une certaine atmosphère qui rappelle la culture des artisans d’Edo, tout particulièrement dans les environs de Nihonbashi, ce qui est très apprécié des visiteurs étrangers.

Cent vues d’Edo

Les Cent vues d’Edo sont à l’origine un recueil d’estampes ukiyo-e (« peintures du monde flottant »), l’un des chefs-d’œuvre d’Utagawa Hiroshige (1797-1858), qui eut une énorme influence sur Van Gogh ou Monet. De 1856 à 1858, l’année de sa mort, l’artiste se consacre à la réalisation de 119 peintures de paysages d’Edo, alors capitale shogunale, au fil des saisons. Avec ses compositions audacieuses, ses vues « aériennes » et ses couleurs vives, l’ensemble est d’une extraordinaire créativité et est acclamé depuis lors comme un chef d’œuvre dans le monde entier.

  • [28.08.2018]

Photographe d’ukiyo-photo, ou « photographies du monde flottant ». Né en 1961, il grandit au centre de Tokyo. Diplômé de la faculté de droit de l’Université Keiô. C’est en 2013 qu’il commence à photographier des ukiyo-photo, comme il appelle lui-même le fait de photographier de nos jours les lieux qui sont peints sur certaines des estampes ukiyo-e (« peintures du monde flottant ») de l’époque d’Edo. Sa première exposition personnelle a lieu en décembre 2017 à The Gallery 2, au Nikon Plaza Shinjuku. Il donne également des conférences sur les endroits liés aux estampes.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [17] : les pruniers de KameidoLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Voici la 30e entrée de la série, intitulée « Le verger de pruniers de Kameido ». Van Gogh l’avait rendu célèbre dans le monde entier en adaptant ce motif sur l’une de ses toiles, mais aujourd’hui, le verger n’existe plus. Il en reste toutefois un petit sanctuaire et quelques pruniers qui fleurissent encore chaque année, pour le plus grand plaisir des photographes.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [16] : le temple Sanjûsangen-dô et les traditions du tir à l’arcLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Voici la 59e entrée de la série, représentant le temple Sanjûsangen-dô dans le quartier de Fukugawa à Tokyo, inspiré de celui de Kyoto, célèbre pour ses 1 001 statues. La grande différence étant la place qu’occupait les compétitions de tir à l’arc à l’intérieur.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [15] : le quartier de KasumigasekiLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. L’estampe numéro 2 s’intitule « Kasumigaseki ». Si c’est aujourd’hui le quartier des ministères, à l’époque d’Edo, c’était un lieu où se trouvaient de nombreuses résidences des daimyô (seigneurs féodaux) et d’où l’on pouvait voir la mer. Tout a donc bien changé !
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [14] : les renards d’Ôji au réveillon du Nouvel AnLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo , du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Le 118e paysage représente « Les renards feux-follets du dernier jour de l’année devant l’enoki habilleur d’Ôji » (Ôji Shôzoku-enoki ômisoka no kitsune-bi). L’estampe représente le rassemblement fantastique des renards au réveillon du Nouvel An avant leur procession pour se rendre au sanctuaire Inari à Ôji, au nord d’Edo.
  • Ukiyo-photo Cent vues d’Edo [13] : le Sensô-ji à AsakusaLe photographe Kichiya immortalise les lieux de Tokyo qui sont peints sur la célèbre série d’estampes d’Utagawa Hiroshige Cent vues d’Edo, du même point de vue, sous le même angle, et pendant la même saison. Le bien connu temple Sensô-ji du quartier d’Asakusa a aussi un autre nom : le Kinryû-zan, qui est le titre de la 99e entrée de la série. Voici une estampe remarquable, qui exprime l’identité d’Asakusa pendant le mois de shiwasu (12e mois du calendrier lunaire) par un contraste de blanc et de vermillon.

Nippon en vidéo

Derniers dossiers

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone