Série Le b.a.-ba du Japon
La maison traditionnelle japonaise
[07.08.2016] Autres langues : ENGLISH | ESPAÑOL | العربية | Русский |

Bien que l’influence de l’architecture de style occidental soit importante au Japon, les maisons japonaises possèdent toujours de nombreux aspects traditionnels.

Ôter ses chaussures

Les maisons traditionnelles japonaises sont caractérisées par un sol en tatami, des portes coulissantes (fusuma et shôji) et des vérandas en bois appelées engawa. Un autre élément typiquement japonais qui continue à exister même dans les maisons de style occidental est le genkan : le hall d’entrée où l’on enlève ses chaussures. Le sol de la maison est légèrement plus haut que celui du genkan pour empêcher l’humidité de pénétrer et pour protéger l’intérieur de la maison des inondations dans le cas de fortes pluies. Ce niveau inférieur est appelé tataki, et est traditionnellement fait en terre battue, bien qu’aujourd’hui le béton soit communément utilisé. Les chaussures, après avoir été ôtées, sont placées dans le getabako : une étagère à chaussures dont le nom est tiré de geta, les sabots de bois qu’autrefois les Japonais portaient couramment.

Un hall d’entrée, genkan, avec un getabako (à gauche) pour ranger les chaussures et un tataki (au premier plan).

Les fortes pluies pouvant endommager les toits, les gouttières, amadoi, évacuent la pluie des avant-toits vers les descentes décoratives, les kusaridoi (littéralement « gouttière-chaîne »).

L’eau de pluie circule le long de la gouttière puis descend à travers le kusaridoi.

Tatami, fusuma et shôji

Les chambres sont divisées par des cloisons faites de washi, le papier japonais. Pour entrer, il suffit de faire glisser la porte le long du rail en bois. Le fusuma et le shôji, bien que similaires, sont deux types de parois différentes. Le fusuma est fait d’un papier plus épais (parfois de tissu), est opaque et permet de mieux isoler la pièce. Cependant, contrairement à un mur normal, les fusuma peuvent facilement être enlevéa pour réorganiser l’espace intérieur de la maison.

Les shôji sont plus légers que les fusuma ; ils sont constitués d’une trame en bois couverte de papier. On ne peut pas voir au travers d’un shôji, mais il laisse passer suffisamment de lumière pour éclaircir la chambre. Comme le papier est poreux, les shôji permettent de ventiler la chambre tout en réduisant l’humidité. Dans les maisons modernes de style japonais, le papier est souvent posé sur les portes entre deux panneaux de verre. Le yukimi shôji, une variante qui signifie « shôji pour contempler la neige », possède une partie basse coulissante afin de voir à travers la vitre.

L’élément le plus essentiel dans une maison traditionnelle est probablement le plancher recouvert de tatami. La légère odeur émanant des tatami est une caractéristique unique des chambres japonaises. S’asseoir ou s’allonger sur un tatami est agréable car ils sont à la fois fermes et souples. Les agents immobiliers utilisent encore l’unité de surface , normalisé à 1,62 mètre carré, comme unité de mesure des pièces, que ce soit pour un logement de style occidental ou japonais(*1). Un tatami peut absorber jusqu’à 500 millilitres d’humidité. Il la libère plus tard quand l’air est sec. Ils absorbent aussi le dioxyde d’azote, ce qui contribue à purifier l’air.

La paille d’igusa (à gauche) est utilisée pour faire les tatami (à droite).

Le tokonoma est une alcôve décorative dont le plancher est légèrement surélevé. Un rouleau de calligraphie ou une estampe sont souvent suspendus au mur et sont accompagnés d’un arrangement floral (ikebana), d’un brûleur d’encens (kôro) ou d’une poterie.

Une chambre de style japonais avec une porte coulissante fusuma (à gauche), des fenêtres de style shôji, un sol en tatami et une alcôve tokonoma.

Même si le nombre de pièces traditionnelles (washitsu) diminue dans les appartements et maisons aujourd’hui, des tatami sont souvent disposés dans une des chambres pour dormir. Il est également courant de disposer des shôji au lieu des rideaux et d’avoir des lampes faites en washi.

Le yukimi shôji permet de faire glisser les parties inférieures pour regarder par la fenêtre.

(*1) ^ La taille traditionnelle d’un tatami est de 6 shaku par 3 shaku (unité japonaise de longueur), ce qui fait 1,653 m2. Mais il y a beaucoup de différentes tailles traditionnelles de tatami utilisées à travers le Japon : le tatami danchima fréquemment utilisé dans les logements danchi bâtis à l’époque d’après-guerre (1,445 m2), le tatami kyôma des vieilles maisons de l’ouest du Japon (1,824 m2). Le Real Estate Fair Trade Council (Conseil de commerce équitable de l’immobilier du Japon) définit 1 comme « au moins 1,62 m2 » ou 90 cm x 180 cm afin de mesurer la surface des chambres.

  • [07.08.2016]
Articles liés
Autres articles dans cette série 

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone