Tokyo, une ville en perpétuelle métamorphose

Ouvrons l’année des JO de Tokyo 2020 par une visite en photos du Stade Olympique

Architecture Sport Tokyo 2020

Nous voici entrés dans l’année olympique, où le monde entier tournera son regard vers le Japon du 24 juillet au 9 août pour les JO, puis du 25 août au 9 septembre pour les épreuves paralympiques. Le principal lieu qui accueillera ce grand événement est le Stade Olympique, à Tokyo, qui a été achevé fin novembre. Nippon.com vous y emmène pour un tour en photos.

Les travaux du Stade Olympique se sont achevés le 30 novembre 2019, et une cérémonie de fin des travaux y a été organisée le 15 décembre. Le stade se dévoilait alors aux yeux du monde pour la première fois. (Voir notre article lié.)

SI un concert inaugural s’est déroulé le 21 décembre, le véritable premier événement sportif qui s’y tiendra est la finale de la coupe de football de l’empereur, le 1er janvier 2020. Puis, à partir du 24 juillet, auront lieu la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, les épreuves d’athlétismes, puis les cérémonies de clôture.

Le Stade National côté Sud (photo : avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)
Le Stade National côté Sud (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)

Le Premier ministre M. Abe Shinzô, le ministre chargée des Jeux olympiques Mme Hashimoto Seiko, la gouverneur de Tokyo Mme Koike Yuriko, étaient présents à la cérémonie d’achèvement des travaux. À l’extrême gauche, M. Kuma Kengo, architecte du Stade National.
Le Premier ministre Abe Shinzô, la ministre chargée des Jeux olympiques Hashimoto Seiko, la gouverneure de Tokyo Koike Yuriko, étaient présents à la cérémonie d’achèvement des travaux. À l’extrême gauche, Kuma Kengo, architecte du Stade Olympique.

Le Stade Olympique incorpore du bois venant de tout le Japon

Le point le plus intéressant concernant sa conception est son utilisation massive de bois japonais, ce qui lui procure une douceur très originale pour un complexe sportif.

Vu de plus près, les auvents en bois qui entourent le stade d’un treillis en cèdre japonais sur 360° et jusqu’à 5 niveaux à hauteur des entrées procurent une forte impression immédiate. La partie supérieure, surnommé « le grand auvent » est conçu pour tirer parti des courants d’air saisonniers et faire circuler l’air à l’intérieur du stade. Les bois proviennent des 47 préfectures du pays, de Hokkaidô au nord à Okinawa au sud, dans un souci constant d’harmonie avec l’environnement. Avec une attention portée au moindre détail, le stade est une expression moderne des techniques d’architecture traditionnelles en bois du Japon.

Une présence sensible de la douceur du bois. Jusque dans les auvents au-dessus des portes du stade.
Une présence sensible de la douceur du bois. Jusque dans les auvents au-dessus des portes du stade.

La sensation du bois se fait d’autant plus présente que l’on s’approche plus près.
La sensation du bois se fait d’autant plus présente que l’on s’approche plus près.

Le stade est composé de 5 étages au-dessus du sol et 2 étages en sous-sol, avec les pistes d’athlétisme et la pelouse situées au 2e sous-sol. Avec son toit plat, la hauteur maximale a ainsi été maintenue à moins de 50 mètres, ce qui minimise sensiblement la pression générale qu’impose généralement le béton d’un stade d’environ 60 000 spectateurs. Au contraire, le Stade Olympique est en harmonie avec le paysage adjacent du sanctuaire de Meiji, qui est entouré d’une gigantesque forêt.

47 000 arbres et arbustes, 130 espèces, ont été plantées et un ruisseau de 140m a été aménagé. (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)
47 000 arbres et arbustes de 130 espèces ont été plantés et un ruisseau de 140 m a été aménagé. (Photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)

La porte Est reprend la fresque de l’ancien stade national comme monument.
La porte Est reprend la fresque de l’ancien stade national comme monument.

Une pression monumentale réduite, qui forme une harmonie avec son environnement, comme le pavillon d’un sanctuaire.
Une pression monumentale réduite, qui forme une harmonie avec son environnement, comme le pavillon d’un sanctuaire.

Malgré un projet stoppé, la construction s’est complétée en douceur

La proposition initiale de Zaha Hadid a été retirée en raison de l’augmentation des coûts de construction, et c’est en décembre 2015, à l’issue d’une seconde compétition, que le projet mené par Kuma Kengo, Taisei Construction et Sakai Design a été définitivement retenu. Le premier coût de pelleteuse est donné un an plus tard et le chantier est achevé comme prévu après 36 mois de travaux et livré à l’organisme d’exploitation du stade, le Japan Sport Council, le 30 novembre 2019. Les coûts d’aménagement du stade et de ses dépendances s’élèvent à 156,9 milliards de yens, moins que la limite de 159 milliards qui avait été fixée sur plans.

État des travaux du 1 décembre 2016 au 1er novembre 2019 (photos avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council, avec la coopération de Sendagaya Intess Bldg)
État des travaux du 1 décembre 2016 au 1er novembre 2019 (photos avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council, avec la coopération de Sendagaya Intess Bldg)

Le 30 novembre 2019, le stade est officiellement baptisé « Stade Olympique ».
Le 30 novembre 2019, le stade est officiellement baptisé « Stade Olympique ».

Le bois est présent dans tous les aménagements du stade. Les poutres qui supportent le grand toit de 20 000 tonnes sont des composites de mélèzes et cèdres du Japon sur une ossature d’acier. L’ossature en acier apporte sa résistance globale, alors que le bois apporte sa capacité d’absorption des contraintes sismiques et atmosphériques. Le toit de forme torique est soutenu par 108 poutres, qui apportent leur confort boisé à la totalité des tribunes et de la piste d’athlétisme.

Mais le bois est également présent dans les différents salons et terrasses, sur les murs et les plafonds des espaces d’expositions ainsi que les bancs.

Le bois est également massivement utilisé en treillis à l’intérieur du grand toit. Les rayons du soleil filtrent à travers la structure de bois jusque sur la piste.
Le bois est également massivement utilisé en treillis à l’intérieur du grand toit. Les rayons du soleil filtrent à travers la structure de bois jusque sur la piste.

La structure composite de bois autour d’une ossature en acier des poutres supporte les 20 000 tonnes du grand toit.
La structure composite de bois autour d’une ossature en acier des poutres supporte les 20 000 tonnes du grand toit.

Le treillis de cèdre habille également le « Jardin de l’information », qui abritera des expositions sur la culture japonaise.
Le treillis de cèdre habille également le « Jardin de l’information », qui abritera des expositions sur la culture japonaise.

Bois également pour les vestiaires. (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)
Bois également pour les vestiaires. (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)

Les athlètes rivalisent de force et communient avec le public

La pelouse est en gazon naturel, avec un système souterrain de contrôle de la température intégré afin d’avoir une pelouse optimale tout au long de l’année. La piste d’athlétisme est en caoutchouc synthétique à haute résilience de fabrication italienne (société Mondo), connue pour sa « rapidité ». De nouveaux records sont attendus…

Les tribunes ont la forme d’un mortier à trois étages, sans présence d’aucun pilier qui pourraient bloquer la vue. Fixées sur 360° d’un seul tenant, elles favorisent le sentiment de communion entre le public et les athlètes. Les sièges de cinq couleurs différentes sont un rappel du vert et du rouge de la piste et de la pelouse, des nuances de beige du bois du grand toit et du bleu du ciel. Leur distribution aléatoire permet de ne pas laisser l’œil être importuné même si certains secteurs sont clairsemés.

Piste et tribunes éclairées
Piste et tribunes éclairées

Les couleurs des sièges sont distribuées aléatoirement, ce qui évite de remarquer les places vides.
Les couleurs des sièges sont distribuées aléatoirement, ce qui évite de remarquer les places vides.

Des écrans géants occupent le haut des tribunes sur les côtés nord et sud. D’autre part, un écran « ruban » court tout du long sur le bas de la deuxième tribune et fait le tour complet du stade. Les animations colorées que cela rend possible feront bien monter l’ambiance !

Sous les tribunes du 1er et du 2e étage, 185 ventilateurs à flux d’air permettent d’abaisser la température dans les tribunes, de façon à ce que la chaleur et l’humidité s’évacuent naturellement vers le haut. Les très fortes chaleurs attendues à la saison des Jeux olympiques de Tokyo 2020 sont une préoccupation et cet équipement est une partie importante de la réponse.

Le grand écran du côté Nord mesure 9m de haut sur 36m de large, celui du côté Sud fait sensiblement la même taille. L’écran ruban fait 0,9m sur 640m.
Le grand écran du côté Nord mesure 9 m de haut sur 36 m de large, celui du côté Sud fait sensiblement la même taille. L’écran ruban fait 0,9 m sur 640 m.

Les ventilateurs à flux d’air créent un courant ascendant sur la piste, tout en aérant le public.
Les ventilateurs à flux d’air créent un courant ascendant sur la piste, tout en aérant le public.

Un stade antisisimique et facile d’accès aux personnes handicapées

Le Stade Olympique s’enorgueillit du « plus haut niveau de conception universelle du monde », c’est-à-dire qu’à toutes les étapes, de la création jusqu’à la construction, des groupes de personnes handicapées, d’éducateurs d’enfants, de personnes âgées ont été associés pour échanger leurs avis sur les équipements, afin que tout le monde puisse regarder les rencontres sportives de la façon la plus confortable possible.

Concernant les fauteuils roulants, 500 places sont aménagées et 250 places supplémentaires seront ajoutées pendant la durée des Jeux paralympiques. L’augmentation est considérable en comparaison des 40 places qui existaient dans l’ancien stade, mais en outre, ces places sont réparties sur les trois étages des tribunes. Alors que les places pour fauteuils roulants sont généralement placées sur les côtés dans les stades, il sera ici possible d’assister aux rencontres depuis les endroits généralement préférés du public, sans être séparés de leurs amis et accompagnateurs.

Espaces pour fauteuils roulants, associés à des sièges pour qu’utilisateurs de fauteuils roulants et accompagnateurs puissent rester ensemble.
Espaces pour fauteuils roulants, associés à des sièges pour que les personnes handicapées et leurs accompagnateurs puissent rester ensemble.

Les entrées disposent d’une rampe d’accès en pente douce. Bien évidemment, à l’intérieur, les espaces sont sans décrochage de niveau. Les blocs de guidage et les rampes d’escalier sont totalement fonctionnels. 93 toilettes sont accessibles aux fauteuils roulants ou aux personnes équipées d’une poche de stomie.

Les questions liées au risque sismique font parties des préoccupations majeures des visiteurs étrangers. L’étage supérieur est renforcé par un treillis de poutres et d’entretoises métalliques selon une structure d’amortissement des vibrations. Les étages inférieurs, pour leur part, sont équipés d’amortisseurs à pression d’huile. Les tribunes et les couloirs sont conçus pour permettre une évacuation rapide, et sont équipés de réserves d’eau et de stockage pour alimentation de secours en cas de catastrophe.

Les toilettes pour fauteuils roulants sont disponibles pour droitiers et pour gauchers. Ici, un modèle pour droitier. . (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)
Les toilettes pour fauteuils roulants sont disponibles pour droitiers et pour gauchers. Ici, un modèle pour droitier. (Photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)

Toilettes pour chiens-guides. (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)
Toilettes pour chiens-guides. (photo avec l’aimable autorisation du Japan Sport Council)

Dans une phase ultérieure, la galerie de 850 m qui fait le tour de l’étage supérieur sera ouverte au public. La façon dont seront utilisés les équipements à l’issue des Jeux olympiques et paralympiques fait encore l’objet d’une réflexion, mais il est d’ores et déjà acquis que ce stade qui met en avant une recherche d’harmonie avec la nature typiquement japonaise sera longtemps aimé de tous les Japonais.

La galerie supérieure « La forêt dans le ciel », accessible depuis l’extérieur du stade, sera certainement très appréciée des joggers de Tokyo.
La galerie supérieure appelée « La forêt dans le ciel » est accessible depuis l’extérieur du stade, et sera certainement très appréciée des joggers de Tokyo.

L’éventualité d’une gestion future privée du stade est à l’étude. Les succès des Jeux olympiques et paralympiques Tokyo 2020 sera certainement un élément supplémentaire de valorisation de cet équipement.
L’éventualité d’une gestion future privée du stade est à l’étude. Les succès des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 sera certainement un élément supplémentaire de valorisation de cet équipement.

Stade Olympique

  • Adresse : 10-1 Kasumigaoka-machi, Shinjuku-ku, Tokyo
  • Travaux achevés : le 30 novembre 2019
  • Superficie – site : environ 109 800 m2, bâtiment : environ 69 600 m2, surface totale développée : environ 192 000 m2
  • Dimension du stade – environ 350 m du nord au sud, environ 260 m d’est en ouest, hauteur : environ 47 m, 5 étages au-dessus du sol, 2 étages en sous-sol
  • Capacité d’accueil : environ 60 000 spectateurs (dont 500 fauteuils roulants)
  • Accès : à 5 minutes à pied de la gare de « Sendagaya » et de la gare de « Shinanomachi » sur la ligne JR Sôbu. 1 minute à pied de la station « Kokuritsu Kyôgijô » sur la ligne Toei Ôedo. 9 minutes à pied de la station de « Gaien-mae » sur la ligne Tokyo Metro Ginza

(Reportage, texte et photos de Nippon.com)

tourisme Tokyo architecture sport 2020