Allons voir les festivals japonais !

Hetomato, un festival brutal et désordonné sur les îles Gotô

Tradition Tourisme Événement Région

L’archipel des Gotô, dans la préfecture de Nagasaki, offrent une diversité locale, des paysages naturels époustouflants et des traditions culturelles propres à chaque communauté. Certaines d’entre elles sont toutefois très étranges, comme le brutal et désordonné festival Hetomato, qui se tient cette année le 19 janvier. Ses origines, ainsi que l’étymologie de son nom, sont un mystère pour tout le monde, y compris les habitants. Les paysages féériques de la fin de l’hiver et les danses des morts du milieu de l’été sont également de bonnes raisons pour une précieuse visite des îles !

Hetomato : le festival le plus étrange du pays ?

Voyager à travers le Japon en photographiant les différents festivals m’a convaincu que les petites îles du pays abritent les traditions les plus inhabituelles. Presque chacune sur laquelle j’ai posé les pieds possède sa propre célébration unique, voire carrément bizarres. Peut-être est-ce l’isolement de ces communautés éloignées qui donne naissance à une culture locale aussi distincte...

J’ai vécu de nombreuses fêtes étranges et merveilleuses, comprenant des mêlées d’hommes pratiquant la lutte de manière très agressive, et des traditions légèrement surréalistes, maintenues en vie par les habitants d’îles peu peuplées situées aux confins du pays.

Le soleil couchant projette une lueur chaude sur la silhouette de Yagatame, une géante formation rocheuse des îles Gotô.
Le soleil couchant projette une lueur chaude sur la silhouette de Yagatame, une géante formation rocheuse des îles Gotô.

De tous les festivals insulaires étranges au Japon, celui appelé « Hetomato », sur l’île de Fukue, faisant partie de l’archipel des Gotô dans la préfecture de Nagasaki, a toujours été particulièrement attirant pour moi. Tenu dans le quartier de Shimosakiyama lors du troisième dimanche de janvier (en 2020, le 19 janvier), Hetomato marque la première pleine lune de la nouvelle année. Les racines du festival restent quant à elles un mystère. Personne, pas même les locaux, ne semble savoir comment ni quand la mise en place du Hetomato a commencé. Les origines du mot « Hetomato »  sont également inconnues.

J’ai toujours admiré la façon dont les habitants gardent la tradition vivante sans ressentir le besoin de bricoler une explication de ses origines supposées ou de son sens profond. J’étais excité de voyager sur l’île et d’avoir un aperçu de première main de ce curieux festival. Et il ne m’a pas déçu.

L’auteur de l’article, Kuroiwa Masakazu, pendant sa visite du festival Hetomato, le visage enduit de suie. Que lui est-il arrivé ?
L’auteur de l’article, Kuroiwa Masakazu, pendant sa visite du festival Hetomato, le visage enduit de suie. Que lui est-il arrivé ?

Des femmes célibataires prises pour cibles

Le Hetomato commence par des luttes de sumo amateur dans l’enceinte du sanctuaire Shirahama. Une fois les représentations terminées, deux femmes vêtues de kimonos ornés et perchées au sommet de barils de saké effectuent le hanetsuki, un jeu de battes et de volants traditionnellement joué au Nouvel An. Mais les choses dégénèrent rapidement à partir de ce moment.

Une femme se perche sur un tonneau de saké pour jouer avec sa batte en bois. De nombreuses scènes bizarres comme celle-ci sont visibles pendant le Hetomato.
Une femme se perche sur un tonneau de saké pour jouer avec sa batte en bois. De nombreuses scènes bizarres comme celle-ci sont visibles pendant le Hetomato.

Les rues se remplissent alors de jeunes hommes couverts de suie qui se battent frénétiquement pour la possession d’un waradama, une lourde boule de paille faite d’une corde à enroulement épais, dans un jeu appelé tamaseseri. Ce qui suit ressemble à une compilation des scènes de festivals les plus bizarres. Les choses bougent très vite, et j’ai dû redoubler d’efforts pour suivre le rythme.

Des hommes en pagne luttent pour la possession d’une grosse boule de paille.
Des hommes en pagne luttent pour la possession d’une grosse boule de paille.

Pendant cette partie agitée des festivités, des spectateurs innocents sont enduits de suie, connue localement sous le nom de hegura. Les femmes crient et courent désespérément pour échapper aux griffes sales des hommes barbouillés, tandis que de nombreux enfants sanglotent de manière incontrôlable sous le choc. J’ai subi plusieurs fois ce traitement en prenant des photos. Les victimes, sonnées et confuses, recevraient une bonne année de chance et une protection contre la maladie.

Une femme se fait enduire le visage de suie. Le hegura fournirait une protection contre les maladies au cours de l’année à venir.
Une femme se fait enduire le visage de suie. Le hegura fournirait une protection contre les maladies au cours de l’année à venir.

L’excitation atteint son paroxysme avec l’entrée d’un énorme waraji (sandale de paille) pesant 350 kilos. La sandale défile dans les rues, portée par les hommes les plus forts de l’île. À l’apparition de la sandale géante, les jeunes femmes commencent à paniquer - et pour cause ! Toute femme célibataire peut être attrapée et projetée sur le dessus de la sandale, avant d’être soumise à de violents chocs pendant que le cortège avance dans les rues...

De jeunes femmes célibataires sont soulevées sur la sandale de paille géante...
De jeunes femmes célibataires sont soulevées sur la sandale de paille géante...

...puis transportées dans les rues, parfois bien malgré elles...
...puis transportées dans les rues, parfois bien malgré elles...

J’ai vu une femme capturée juste devant mes yeux. Le regard inquiet sur son visage lorsqu’elle tentait de s’échapper, et son désespoir quand elle a finalement été rattrapée, suggèrent que cette partie des festivités n’est pas universellement populaire. La vue de la chaussure géante rebondissant lentement dans les rues, transportant une femme après l’autre, résume à elle seule cette impression d’être dans un autre monde, qui fait d’un festival insulaire comme celui-ci une expérience si inhabituelle et inoubliable. Cependant, ces scènes, qui se déroulent ici chaque année depuis des siècles, sont devenues des coutumes séculaires dignes de respect et suscitant parfois la crainte. Le festival est effréné, fort en émotions. Certains visages sont souriants, d’autres hurlants.

La célébration d’aujourd’hui rassemble plusieurs événements qui se sont déroulés dans le passé sur des jours différents, donnant à Hetomato son atmosphère riche et distincte.

Un garçon enduit de suie appelle son père à l’aide, en vain.
Un garçon enduit de suie appelle son père à l’aide, en vain.

Les merveilles de la nature à la fin de l’hiver

La fin de l’hiver dans les îles Gotô constitue le moment parfait pour une visite magnifique. L’air est toujours frais dans cette partie du pays, et le ciel est particulièrement clair à cette période de l’année, transformant le lever et le coucher du soleil en moments féériques. Un endroit particulièrement attrayant est la baie d’Arikawa sur Nakadôri, une île pittoresque. En regardant les bateaux sillonner les eaux cristallines, le temps semble s’arrêter.

Le lever et le coucher du soleil sont des moments magiques sur la baie d’Arikawa.
Le lever et le coucher du soleil sont des moments magiques sur la baie d’Arikawa.

Dans le cadre des festivités du Nouvel An, la cérémonie de passage à l’âge adulte, le Seijin-shiki, a lieu au sanctuaire d’Aokata, également situé sur l’île Nakadôri. Beaucoup de gens reviennent sur l’île pour le Nouvel An. Les jeunes hommes et femmes célébrant leur vingtième anniversaire s’habillent de leurs plus beaux costumes et kimonos, pleins d’espoirs et de rêves alors qu’ils participent à cette occasion formelle de marquer leur entrée dans la société adulte. En l’espace d’un mois, les îles Gotô permettent de vivre l’expérience d’une cérémonie solennelle et d’apprécier l’étrangeté du festival Hetomato. Ce contraste rend la visite de ces îles particulièrement agréable.

Les jeunes se tiennent de leur mieux pour la cérémonie traditionnelle de passage à l’âge adulte, le Seijin-shiki
Les jeunes se tiennent de leur mieux pour la cérémonie traditionnelle de passage à l’âge adulte, le Seijin-shiki.

Danses obon au milieu de l’été

Chaque saison sur les îles Gotô possède ses propres charmes. En été également donc. L’archipel offre de nombreuses plages splendides, comme les eaux claires et légèrement en pente de Takahama sur l’île de Fukue. Les îles sont rayonnantes de couleurs : le beau blanc des plages, le vert dense des montagnes et les dégradés subtils du bleu de l’océan. Loin de la côte, les îles offrent également de nombreux endroits pour profiter de l’air frais et de la solitude des forêts ombragées et des bois isolés, y compris la célèbre cascade Dondon-buchi.

Entourée de montagnes verdoyantes, les belles eaux de la plage de Takahama ont été élues parmi les plus belles du Japon.
Entourée de montagnes verdoyantes, les belles eaux de la plage de Takahama ont été élues parmi les plus belles du Japon.

Pendant les mois chauds de l’été, la cascade Dondon-buchi est l’un des coins de baignade préféré des enfants du coin.
Pendant les mois chauds de l’été, la cascade Dondon-buchi est l’un des coins de baignade préféré des enfants du coin.

L’événement estival le plus connu des îles Gotô est le nenbutsu-odori pendant la période de l’obon, la fête des morts du milieu de l’été. Bien que le nom de cette danse diffère en fonction de certains lieux (chankoko sur l’île de Fukue, ômondê sur l’île de Sagano, etc.), toutes sont rythmées par une combinaison de cloches shô et de tambours taiko. Les habitants s’habillent de costumes traditionnels distinctifs pour chanter et danser au son de ces instruments. Le festival offre alors un spectacle exotique et passionnant, véritable rappel vivant de la longue histoire de ces îles en tant que vecteur d’influences culturelles venus du reste du Japon.

Exécution de la danse chankoko sur l’île de Fukue pendant la période de l’obon afin d’apaiser les esprits des morts.
Exécution de la danse chankoko sur l’île de Fukue pendant la période de l’obon afin d’apaiser les esprits des morts.

Les costumes colorés et les tambours battants font partis des attractions des danses ômondê de l’île de Sagano.
Les costumes colorés et les tambours battants font partis des attractions des danses ômondê de l’île de Sagano.

Les îles Gotô offrent un riche éventail d’expériences, de la beauté naturelle des paysages en été et en hiver, aux festivals uniques du mois de janvier. À chacune de mes visites en cet endroit, je me rappelle à quel point ces îles sont spéciales, et sur le ferry quittant le lieu, me voilà qui commence à planifier mon retour...

Oneonde, une autre danse obon exécutée dans le district de Tomie, en mémoire des morts.
Oneonde, une autre danse obon exécutée dans le district de Tomie, en mémoire des morts.

(Photographies et texte : Kuroiwa Masakazu, 96Box)

tourisme hiver tradition femme festival Nagasaki