Dossier spécial Le saké dans tous ses états
Les causes de la renaissance du saké dans le monde entier

Sandô Atsuko [Profil]

[18.05.2018] Autres langues : 简体字 | 繁體字 | ESPAÑOL | Русский |

Dans ce premier article de notre série, la spécialiste du saké Sandô Atsuko nous explique le phénomène de renaissance du saké et nous parle des intrépides jeunes propriétaires de brasserie à l’origine de sa lancée.

De plus en plus apprécié dans le monde

Les exportations de nihonshu (terme japonais plus formel pour le saké) ont augmenté chaque année. Leur volume a été quasiment multiplié par deux entre 2006 et 2016 et leur valeur par 2,5. Asahi Shuzô, producteur du célèbre Dassai, est l’un des éléments moteurs à l’origine de ce boom. En 2005, la petite brasserie de la préfecture rurale de Yamaguchi n’a expédié que 216 kilolitres de son produit. Au cours des années suivantes, cependant, le propriétaire a poursuivi une nouvelle stratégie audacieuse, se concentrant exclusivement sur le saké de première qualité, en petite quantité. Le pari a porté ses fruits, et en 2013, les ventes de l’entreprise ont été multipliées par 10. La réputation de Dassai s’est rapidement répandue parmi les chefs et les gourmets du monde entier. En avril 2018, Asahi Shuzô a ouvert un restaurant-boutique à Paris en collaboration avec Joël Robuchon.

Et à cela est liée l’augmentation du nombre de producteurs de saké hors des frontières du Japon. Loin d’être des installations établies à l’étranger par de grands brasseurs commerciaux japonais, ce sont au contraire des microbrasseries fondées par des amateurs de saké non japonais dans leur propre pays, comme la Grande-Bretagne, le Canada, la Norvège, l’Espagne et les États-Unis. (Voir article Saké à la londonienne : la première brasserie de saké de Grande-Bretagne pour apprendre comment la boisson gagne en popularité à l’étranger.)

Le saké est pratiquement devenu une obsession chez certains des meilleurs chefs et sommeliers du monde. Alain Ducasse a chargé un fabricant japonais de lui produire un saké conçu pour se marier avec la cuisine française. Le saké Premium figure sur les menus des meilleurs restaurants de New York, Paris et Hong Kong. De plus en plus, les chefs et les gourmets prennent plaisir à explorer les possibilités d’associer un saké raffiné à une cuisine raffinée, japonaise, mais aussi française, italienne, chinoise, vietnamienne ou thaïlandaise. La boisson nationale du Japon est devenue une boisson à l’échelle internationale.

Tags :
  • [18.05.2018]

Rédactrice dans le domaine de la gastronomie, du vin et des spiritueux, sommelière titulaire de la JSA (Association japonaise de sommelier), et sommelière de saké. Elle obtient son diplôme de l’Université Sophia et se lance dans une carrière de rédactrice dans la gastronomie et le vin, écrivant fréquemment pour des magazines culinaires et de style de vie tels que Dancyu ou encore Sarai.

Articles liés
Autres articles dans ce dossier
  • Le b.a.-ba du saké japonais : le secret de sa fabricationLe saké japonais est élaboré à partir de riz, de ferment de riz kôji et d’eau pure. Pour cette raison, son goût diffère considérablement selon le climat et les caractéristiques de la région où il est produit. Sa méthode de fabrication est également complexe et son procédé de toute première importance.

Nippon en vidéo

バナーエリア2
  • Chroniques
  • Actu nippone